Un meilleur job mieux payé ?

Deviens chef de projet, développeur, ingénieur, informaticien

Mets à jour ton profil pro

ça m'intéresse

M2VC, un moteur MVC pour des applications swing Java

Nous nous proposons ici d'étudier un moteur MVC pour des application swing Java. Si le modèle MVC (Modèle - Vue - Contrôleur) est désormais bien accepté dans le cadre des applications web, il semble qu'il soit moins présent dans le développement des applications swing.

L'idée de ce moteur MVC est venu à l'occasion du portage d'une interface web existante vers une interface à base de formulaires windows .NET. L'interface web ayant une architecture MVC, j'ai souhaité reproduire celle-ci dans la construction de l'interface windows. J'ai alors développé M2VC-win écrit en VB.NET. M2VC est le portage en Java de M2VC-win.

L'architecture de [M2VC] est inspirée de celle de Struts, un moteur MVC bien connu dans le domaine des applications web Java. Le code repose massivement sur [Spring IoC] pour configurer les applications utilisant [M2VC]. Il en résulte une archive de faible poids (6 K) pour ce moteur.

  • Téléchargement du fichier PDF de l'article (37 pages - 0,5 Mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)
  • Les solutions JBuilder X Foundation des exemples (Zip - 0,8 Mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)

Le document montre trois applications élémentaires utilisant le moteur [M2VC]. Des applications plus significatives utilisant le moteur [M2VC] peuvent être trouvées à cette url et aussi à cette url.

Une variante du moteur M2VC appelée [M2VC-aspnet] est disponible pour les applications web ASP.NET. Elle est décrite à cette url.

Article lu   fois.

L'auteur

Profil ProSite personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Autres ressources

Les autres ressources du site

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2005 Serge Tahé. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.