p
u
b
l
i
c
i
t
é

M2VC, un moteur MVC pour des applications swing Java

Nous nous proposons ici d'étudier un moteur MVC pour des application swing Java. Si le modèle MVC (Modèle - Vue - Contrôleur) est désormais bien accepté dans le cadre des applications web, il semble qu'il soit moins présent dans le développement des applications swing.

L'idée de ce moteur MVC est venu à l'occasion du portage d'une interface web existante vers une interface à base de formulaires windows .NET. L'interface web ayant une architecture MVC, j'ai souhaité reproduire celle-ci dans la construction de l'interface windows. J'ai alors développé M2VC-win écrit en VB.NET. M2VC est le portage en Java de M2VC-win.

L'architecture de [M2VC] est inspirée de celle de Struts, un moteur MVC bien connu dans le domaine des applications web Java. Le code repose massivement sur [Spring IoC] pour configurer les applications utilisant [M2VC]. Il en résulte une archive de faible poids (6 K) pour ce moteur.

  • Téléchargement du fichier PDF de l'article (37 pages - 0,5 Mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)
  • Les solutions JBuilder X Foundation des exemples (Zip - 0,8 Mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)

Le document montre trois applications élémentaires utilisant le moteur [M2VC]. Des applications plus significatives utilisant le moteur [M2VC] peuvent être trouvées à cette url et aussi à cette url.

Une variante du moteur M2VC appelée [M2VC-aspnet] est disponible pour les applications web ASP.NET. Elle est décrite à cette url.

Article lu   fois.

L'auteur

Profil ProSite personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Autres ressources

Les autres ressources du site

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2005 Serge Tahé. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.