Spring MVC par l'exemple

partie 4

Cet article poursuit l'exploration du framework Spring MVC commencée dans les articles :

- "Spring MVC par l'exemple - partie 1" (http://tahe.developpez.com/java/springmvc-part1)
- "Spring MVC par l'exemple - partie 2" (http://tahe.developpez.com/java/springmvc-part2)
- "Spring MVC par l'exemple - partie 3" (http://tahe.developpez.com/java/springmvc-part3)

Il met en œuvre Spring MVC dans une architecture 3tier [web, service, dao] sur un exemple basique de gestion d'une liste de personnes. Dans la version étudiée, la liste des personnes est maintenue en mémoire. Nous prêtons une attention particulière aux problèmes de synchronisation des accès concurrents aux couches [dao] et [service] auxquels on se trouve confrontés dans le contexte multiutilisateur des applications web.

Le prochain article présentera une version où la liste des personnes sera maintenue dans une table de base de données.

Ce document est désormais obsolète. Deux nouveaux documents sont disponibles :

Article lu   fois.

L'auteur

Profil ProSite personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Téléchargement

Téléchargement du fichier PDF de l'article (40 pages - 1,4 Mo) :ftp (plus rapide) http (plus lent).
Téléchargement du fichier Zip des projets Eclipse de l'article (5,8 Mo) :ftp (plus rapide) http (plus lent).
Tous les articles de la série :article1 | article2 | article3 | article4 | article5 |

II. Lire aussi

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2005 Serge Tahé. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.