Construction d'une application swing MVC à trois couches avec Spring

Nous poursuivons ici les articles :

1. [Trois exemples d'architecture web à trois couches], disponible à cette url. Cet article présentait une application simplifiée d'achats de produits sur le web. Son architecture MVC était implémentée de trois façons différentes :

  • avec une servlet contrôleur et des pages JSP pour les vues
  • avec le framework [Struts]
  • avec le framework [Spring MVC]

2. [M2VC - un moteur MVC pour les applications swing], disponible à cette url. [M2VC] est un framework MVC pour des applications Swing, inspiré de [Struts]. Il aide à donner une architecture MVC à une application swing.

Le présent article reprend l'application web de l'article 1 et en fait une application swing "standalone". L'architecture MVC initiale de l'application web est reproduite dans le monde swing grâce au moteur M2VC décrit dans l'article 2.

Un article analogue a été écrit pour le monde [dotnet] et est disponible à cette url. Le présent document reprend cet article et le transpose dans le monde Java.

  • Téléchargement du fichier PDF de l'article (49 pages - 1,3 Mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)
  • Téléchargement du fichier PDF des errata : ftp (plus rapide) http (plus lent)
    La solution JBuilder X Foundation de l'application (Zip - 2,2 Mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)
  • L'exécutable de l'application (Zip - 2,1 mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)

Article lu   fois.

L'auteur

Profil ProSite personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Autres ressources

Les autres ressources du site

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2005 Serge Tahé. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.