Trois exemples d'architecture web à trois couches

Ce document travaille autour d'une application simplifiée de vente de produits en ligne. On y construit une application web à trois couches : une couche d'accès aux données d'un SGBD, une couche métier pour gérer les achats, une couche web de dialogue avec l'utilisateur. L'application présente une architecture MVC (Modèle - Vue - Contrôleur). Le modèle M recouvre deux couches : la couche d'accès aux données et la couche métier. On propose une implémentation de la couche d'accès aux données du modèle M utilisant l'outil Ibatis SqlMap. Une fois le modèle M acquis, on construit le contrôleur C et les vues V dans la couche web selon trois techniques différentes :

  1. une technologie classique à base de servlet contrôleur et pages JSP
  2. une technologie Struts
  3. une technologie Spring MVC

On montre que les trois solutions peuvent utiliser le même modèle M si l'architecture web à trois couches a été correctement configurée grâce à Spring et sa notion d'IoC (Inversion of Control). La compréhension du document nécessite un certain nombre de pré-requis qui sont donnés en début de document.

  • Téléchargement du fichier PDF de l'article (105 pages - 2,3 Mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)
  • Téléchargement du fichier PDF des errata : ftp (plus rapide) http (plus lent)
  • Téléchargement du fichier Zip de la solution Servlet / JSPs (9 Mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)
  • Téléchargement du fichier Zip de la solution Struts (3,4 Mo) : ftp (plus rapide) http (plus lent)
  • Téléchargement du fichier Zip de la solution Spring (2,6 Mo): ftp (plus rapide) http (plus lent)

Article lu   fois.

L'auteur

Profil ProSite personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Autres ressources

Les autres ressources du site

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2005 Serge Tahé. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.