Android pour les développeurs J2EE

Un modèle asynchrone pour les clients web

Ce document présente un modèle appelé AVAT (Activité - Vues - Actions - Tâches) visant à simplifier la gestion des tâches asynchrones dans une application Android. Celles-ci sont utilisées dès que le client Android ouvre une connexion réseau vers un service web quelconque. Se pose alors la question de la récupération des résultats de ces tâches, quand et comment. Assez simple lorsqu'il y a une ou deux tâches asynchrones simultanées, c'est plus difficile lorsqu'il y en a plusieurs dizaines comme présenté dans l'un des exemples d'illustration.

Par ailleurs, le modèle AVAT cherche à reproduire dans le monde Android des pratiques du monde J2EE :

- les architectures en couches ;

- le modèle MVC (Modèle - Vue - Contrôleur) ;

Après avoir présenté le modèle AVAT, le document l'illustre avec sept exemples. Le dernier qui est le plus dense présente un client Android dans une architecture client / serveur où ce dernier est un service REST de prise de rendez-vous. Il reprend une application présentée dans le document "Introduction aux frameworks JSF2, Primefaces et Primefaces Mobile".

Téléchargement du fichier PDF de l'article (190 pages - 8 Mo) :  ftp  (plus rapide)  http  (plus lent) 
Téléchargement du fichier Zip des projets Eclipse de l'article (7 Mo) :  ftp  (plus rapide)  http  (plus lent) 


A lire également : 

Lire l'article.

Article lu   fois.

L'auteur

Profil Pro Site personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2013 Serge Tahé. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.